Selon la justice chinoise, l’homosexualité peut toujours être considérée comme un « trouble psychique »

Une cour d’appel chinoise a jugé qu’un manuel ne faisait pas d’erreur factuelle en présentant l’homosexualité comme un “trouble psychique”. Il s’agirait selon la justice de “différences de perception”.

Le livre ne contient pas d’erreur factuelle, selon la justice. En Chine, il n’est donc pas illégal de publier un manuel universitaire qui présente l’homosexualité comme un “trouble psychique”.

À LIRE AUSSI : La Chine tente toujours de “soigner” l’homosexualité

Reuters a pu consulter le jugement de la cour d’appel de Suqian. Le document assure que la description fait état de “différences de perception” et qu’elle n’est pas une erreur factuelle. La cour confirme donc le jugement rendu en septembre dernier. “Je suis déçue, il n’y a pas eu de véritable jugement, ils ont simplement approuvé ce qui a été dit en première instance”, a déploré la plaignante connue sous le pseudonyme XiXi.

L’homosexualité déclassifiée des troubles mentaux en 2001

L’affaire remonte à 2017. “Le matériel éducatif classifie l’homosexualité comme un trouble psychique alors que ça ne l’est pas”, pointe la jeune lesbienne qui travaille dans une ONG. XiXi a donc attaqué les Presses universitaire de Jinan, l’éditeur, qui a publié et distribué un livre, selon elle, factuellement faux. D’autant que le livre est régulièrement utilisé dans des cours de psychologie. L’association chinoise de psychiatrie a déclassifié l’homosexualité des troubles mentaux en 2001 et l’a décriminalisée en 1997.

À LIRE AUSSI : Hong Kong assouplit ses règles pour les couples homosexuels mariés

Dans une lettre adressée aux juges, citée par le New York Times, elle dit avoir été “profondément choquée” quand elle a lu le manuel. “Cela m’a rappelé des souvenirs de lorsque j’étais moquée par mes camarades de classe en raison de mon homosexualité”, écrit-elle. Alors qu’elle était en première année à la fac, elle a participé à un débat sur le mariage pour tous. Un de ses camarades a cité le manuel, l’utilisant comme argument contre le mariage. Un autre étudiant a demandé à XiXi comment elle se sentirait si elle était entourée de gay. C’est alors qu’elle a répondu qu’elle-même est lesbienne devant l’hilarité de la classe.

Un combat judiciaire depuis 2016

“Je suis vraiment dépitée, nous avons pu voir des commentaires qui soutiennent ce jugement…”, ajoute la militante auprès de Reuters. “C’est préjudiciable pour toute la communauté LGBTQI+, nous sommes vraiment déçus”, a déclaré Pen Yanzi, le directeur de LGBT Rights Advocacy China à Reuters. “Je ne suis pas le seul qui sois déçu, choqué et en colère, toute la communauté LGBTQI+ l’est. Mais nous admirons XiXi pour son combat judiciaire depuis des années”, dit-il. Après avoir envoyé un mail à l’éditeur en 2016, elle lui a adressé une pétition signée par 300 personnes. Depuis trois ans, elle se bat pour que le manuel soit corrigé. “C’est quelque chose de symbolique”, dit-elle.

À LIRE AUSSI : En Chine, faute de mariage pour tous, des LGBT « adoptent » leur partenaire

Le directeur de l’association cite une étude de 2017 selon laquelle parmi 91 manuels de psychologie utilisés dans les facs, la moitié décrivent l’homosexualité comme une sorte maladie. Ces dernières années, des militants LGBTQI+ ont gagné contre des cliniques qui pratiquaient des “thérapies de conversion”. Mais alors que la Chine a adopté son premier code civil, les activistes n’ont pas réussi à y introduire le mariage pour tous. Ceci alors que la loi chinoise ne protège pas des discriminations basée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

 

Crédit photo : Hà Nguyễn / Unsplash

L’article Selon la justice chinoise, l’homosexualité peut toujours être considérée comme un « trouble psychique » est apparu en premier sur TÊTU.